Obtenez l'ultime pack de sécurité NordVPN à -63% !

L’Inde reproche à Twitter de ne pas avoir pleinement respecté l’ordre du gouvernement d’interdire certains comptes

L'Inde reproche à Twitter de ne pas avoir pleinement respecté l'ordre du gouvernement d'interdire certains comptes

L’application Twitter se charge sur un iPhone dans cette photographie d’illustration prise à Los Angeles, en Californie.

L’Inde a reproché à Twitter de ne pas se conformer rapidement aux ordres du gouvernement de supprimer certains contenus et a averti le géant des médias sociaux qu’il devait respecter les lois locales pour fonctionner dans le pays.

Ajay Sawhney, secrétaire du ministère de l’Électronique et des technologies de l’information, a pratiquement rencontré mercredi le vice-président de Twitter pour la politique publique mondiale, Monique Meche, et l’avocat général adjoint, Jim Baker.

« Le secrétaire a exprimé sa profonde déception aux dirigeants de Twitter quant à la manière dont Twitter s’est conformé à contrecoeur, à contrecœur et avec beaucoup de retard aux parties substantielles de l’ordre », a déclaré le gouvernement dans un communiqué à l’issue de la réunion.

L’Inde a ordonné à Twitter de supprimer plus de 1100 comptes et publications qui, selon elle, diffusent de la désinformation sur les agriculteurs qui protestent contre les nouvelles réformes agricoles, a rapporté Reuters.

(Secrétaire Sawhney) a profité de cette occasion pour rappeler à Twitter qu’en Inde, sa Constitution et ses lois sont souveraines.

Le mois dernier, des rapports ont indiqué que les manifestants se sont affrontés avec les autorités, faisant des centaines de blessés et un mort. Les médias locaux ont rapporté que les autorités ont porté plainte contre des journalistes et un député de l’opposition de haut niveau pour des tweets sur la mort, mais leurs arrestations ont été suspendues, pour l’instant, par la Cour suprême.

Dans un article de blog public avant la réunion de mercredi, Twitter a déclaré qu’il ne respectait que partiellement les ordres. La semaine dernière, le site de médias sociaux a temporairement bloqué certains des comptes à la demande du gouvernement, mais a déclaré qu’il avait ensuite rétabli l’accès «d’une manière que nous pensons conforme à la loi indienne».

La déclaration du gouvernement a déclaré que New Delhi considère le hashtag sur le « génocide des agriculteurs » comme incendiaire et sans fondement, alléguant qu’il était utilisé pour répandre de fausses informations sur les manifestations.

Il a également caractérisé certains des comptes qu’il souhaite supprimer comme étant « soutenus par les sympathisants du Khalistan et soutenus par le Pakistan ». Le gouvernement n’a pas fourni de preuves spécifiques pour ces allégations dans sa déclaration.

« (Le secrétaire Sawhney) a profité de cette occasion pour rappeler à Twitter qu’en Inde, sa Constitution et ses lois sont suprêmes. On s’attend à ce que les entités responsables non seulement réaffirment, mais restent engagées à respecter la loi foncière », a ajouté le communiqué.

Twitter dans son article de blog a expliqué qu’il avait pris des mesures pour réduire la visibilité des hashtags contenant du contenu préjudiciable et suspendu plus de 500 comptes qui se livraient à «des exemples clairs de manipulation de plate-forme et de spam».

Les autres comptes identifiés dans les ordres de blocage du gouvernement ne sont pas disponibles dans le pays mais sont accessibles depuis l’extérieur de l’Inde. La société a ajouté qu’elle ne pensait pas que les actions qui lui avaient été ordonnées étaient conformes à la loi indienne et a refusé de restreindre les comptes des journalistes, des militants et des politiciens.

« Conformément à nos principes de défense des discours protégés et de la liberté d’expression, nous n’avons pris aucune mesure concernant des comptes composés d’entités de médias d’information, de journalistes, d’activistes et de politiciens », a déclaré Twitter dans le billet de blog, ajoutant: « À faire ainsi, nous pensons, violerait leur droit fondamental à la libre expression en vertu de la loi indienne. « 

Le secrétaire du ministère de l’informatique a déclaré à Twitter qu’il était le bienvenu pour faire des affaires en Inde, mais qu’il devait toujours suivre les lois indiennes indépendamment des règles et directives de l’entreprise de médias sociaux, selon le communiqué du gouvernement.

L’Inde est le troisième plus grand marché de Twitter derrière les États-Unis et le Japon et compte plus de 17 millions d’utilisateurs en janvier, selon la société de données allemande Statista.

La confrontation actuelle avec le gouvernement met l’entreprise américaine dans une impasse où elle doit jongler entre la promotion du droit à la libre expression de ses utilisateurs et le respect des lois locales. Reuters a rapporté que le principal lobbyiste de Twitter en Inde, Mahima Kaul, a démissionné alors que la société est aux prises avec sa crise croissante des relations publiques.

Les responsables du gouvernement indien font la promotion d’une alternative Twitter locale appelée Koo App et les médias locaux ont signalé une augmentation du nombre d’utilisateurs sur ce site. Le ministère de l’informatique a fait la promotion de son propre compte sur la nouvelle plateforme sur Twitter.

Sources :

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap