Obtenez l'ultime pack de sécurité NordVPN à -63% !

Le gouvernement militaire du Myanmar ordonne aux réseaux de télécommunications de bloquer temporairement Facebook

Le gouvernement militaire du Myanmar ordonne aux réseaux de télécommunications de bloquer temporairement Facebook

Le nouveau gouvernement militaire du Myanmar a ordonné aux entreprises de télécommunications locales de bloquer temporairement Facebook jusqu’au 7 février à minuit, quelques jours après que l’armée a pris le pouvoir dans ce pays d’Asie du Sud-Est lors d’un coup d’État militaire.

Plusieurs utilisateurs du subreddit du Myanmar ont rapporté il y a quelques instants que Facebook était déjà inaccessible sur leurs téléphones, suggérant que les fournisseurs de services Internet avaient déjà commencé à se conformer à l’ordonnance, qui exigeait la conformité mercredi à minuit. (Il est environ 4 h 30 jeudi au Myanmar au moment de la rédaction de cet article.)

Le nouveau gouvernement du Myanmar allègue que Facebook contribue à l’instabilité dans le pays et, dans son ordre, a cité un article de la loi locale sur les télécommunications qui justifie de nombreuses actions au profit du public et de l’État.

NetBlocks, qui suit l’utilisation mondiale d’Internet, rapporte que MPT, un opérateur de télécommunications appartenant à l’État qui domine le marché, a bloqué Facebook ainsi que Messenger, Instagram et WhatsApp sur son réseau. Telenor, l’un des quatre opérateurs de télécommunications du pays, a déclaré avoir exprimé «de graves préoccupations concernant la violation des droits de l’homme», mais s’être conformé à l’ordonnance de la junte du Myanmar.

Un porte-parole de Facebook a déclaré que la société était «consciente que l’accès à Facebook est actuellement interrompu pour certaines personnes». Le porte-parole a ajouté: «Nous exhortons les autorités à rétablir la connectivité afin que les habitants du Myanmar puissent communiquer avec leurs familles et amis et accéder aux informations importantes.

RUPTURE: le gouvernement du Myanmar bloque désormais Facebook (y compris Instagram, WhatsApp et Messenger) jusqu’au 7 février à minuit.

Plus de 22 millions de personnes utilisent Facebook au Myanmar, et c’est un outil essentiel pour les citoyens pour partager des informations et s’organiser. #KeepitOn https://t.co/E5Y46xuE7P

– Accès immédiat (@accessnow) 3 février 2021

Cette décision intervient après des jours de troubles au Myanmar, où plus tôt cette semaine, l’armée a pris le contrôle du pays et a déclaré l’état d’urgence pendant un an après avoir arrêté la dirigeante civile Aung San Suu Kyi et d’autres dirigeants démocratiquement élus de sa Ligue nationale pour la démocratie au pouvoir. À la suite du coup d’État, des citoyens de nombreuses régions du Myanmar ont déclaré avoir été confrontés à des pannes Internet et cellulaires pendant plusieurs heures.

Facebook, qui est devenu synonyme d’Internet pour les citoyens du Myanmar, a longtemps été accusé de ne pas en faire assez pour freiner la propagation de la désinformation qui a provoqué des violences dans le monde réel.

Un rapport sur les droits de l’homme publié en 2018 a déclaré que Facebook était utilisé pour «fomenter la division et inciter à la violence hors ligne» au Myanmar, où vivent plus de 54 millions de personnes. Plus tard dans la même année, les dirigeants de Facebook ont ​​convenu qu’ils n’avaient pas fait assez.

BuzzFeed News a rapporté cette semaine que les dirigeants de Facebook se sont désormais engagés à prendre des mesures proactives de modération du contenu au Myanmar, qu’ils ont qualifié de «site temporaire à haut risque».

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap